Eco & Entreprises

LUTB et des transporteurs routiers testent le GNV

Articles similaires : LUTB : dix ans d’innovations pour les systèmes de transport collectif 4 projets du pôle de compétitivité LUTB financés (22e FUI) LUTB Transport & Mobility Systems : dix ans après LUTB, le pôle s’agrandit et se renouvelle

Un site web pour se former à l’éclairage

Opus Light, bureau d’études en éclairage (Paris, Lyon), lance son site web dédié à la formation. Opus Light est un bureau d’études indépendant créé en 2001, implanté à Paris et Lyon, dont le savoir-faire porte sur la mise en adéquation de la qualité, du confort et des économies d’éclairage au service des entreprises tertiaires, industrielles et commerciales. Son dirigeant, Henri Coulloumme-Labarthe, est particulièrement impliqué dans la vie du Cluster Lumière , où il anime notamment la commission Formation.

 

Opus Light

Outre les informations pratiques sur les différents stages et cursus, l’utilisateur trouvera des informations sur la formation professionnelle, les nouveaux dispositifs de financement induits par la récente réforme et les moyens d’accès aux différents métiers de la filière, via la formation certifiante. Le cycle de formation Responsable en éco-éclairage que propose Opus Light vient d’ailleurs d’être certifié au RNCP (Registre National des Certifications Professionnelles, niveau 2), ce qui est une première en France, l’offre de formation en éclairage restant sous-dimensionnée face aux évolutions technologiques rapides.

L’ambition d’Opus Light est de permettre aux entreprises et à leurs employés d’acquérir un savoir-faire opérationnel fondé en grande partie sur la pratique, pour être à même de relever les défis actuels et futurs de la filière éclairage : réussir la transition énergétique et accroître le confort et le bien-être par un éclairage qualitatif. Afin de toucher le plus large public, Opus Light envisage de mettre en place des partenariats qui permettent de réunir les compétences des différents organismes de formation actuels en éclairage public pour dispenser la meilleure pédagogie. C’est le cas par exemple avec FORMAPELEC qui forme depuis 40 ans les professionnels du génie électrique et investit en 2015 sur les aires extérieures de son centre de Lyon pour créer une plate-forme pratique d’éclairage public.

Le titre est accessible soit à travers un parcours de Validation des Acquis par l’Expérience (VAE), soit à travers un cursus complet d’une trentaine de jours.

Etudiants créateurs d’entreprises à Savoie Technolac

A Savoie Technolac, des étudiants créateurs d'entreprises

A Savoie Technolac, des étudiants créateurs d’entreprises

La Base d’Incubation de Savoie Technolac est le plus gros incubateur en Rhône-Alpes. Elle accompagne en permanence une soixantaine de projets de créations d’entreprises, souvent liés à la filière des énergies renouvelables et donc particulièrement innovants.

Mais on sait moins qu’en 2012, elle a lancé un Incubateur Etudiant, sur son site au Bourget-du-Lac (Savoie). Savoie Technolac et ses partenaires académiques offrent ainsi à tous les étudiants la possibilité d’être accompagnés vers la création d’entreprise, que ce soit dans le cadre de leur cursus universitaire ou en parallèle, et quelles que soient leur filière, leur année d’études et leur école !

L’Incubateur Etudiant est un dispositif de la Base d’Incubation Savoie Technolac. Il accueille l’ensemble des étudiants qui ont une idée ou un projet de création d’entreprise. L’idée a été développée en 2012, avant même la création du statut d’étudiant-entrepreneur lancé par la Ministre Geneviève Fioraso à la rentrée dernière. L’incubateur étudiant propose ses services en partenariat avec l’Université Savoie-Mont Blanc, Polytech Annecy-Chambéry (école d’ingénieurs), ainsi que le Club des Entreprises de l’Université de Savoie, le Pôle Entrepreneuriat étudiant OZER et l’INSEEC Business School. Dans le cadre du PEPITE OZER, l’Incubateur Etudiant est acteur du Comité d’engagement du Statut Etudiant Entrepreneur lancé à la rentrée dernière.

Sur la photo, voici les premiers étudiants de l’Université Savoie Mont-Blanc labellisés par le nouveau Statut Étudiant Entrepreneur. Leurs projets ont été labellisés pour les deux Savoie. Il s’agit, de gauche à droite, de : Louise Allemand et Clément Naudy (INNATA), Cyril Jiguet et Arthur Excoffier (Obsess), Rêve Marie-Dit-Cadet et Lionel Cauyette (Inception of Flight).

Le dossier de presse Incubateur Etudiant vous attend ici pour découvrir certains d’entre eux et relier cet Incubateur à l’offre globale de Savoie Technolac, pôle d’excellence énergie et réseaux.

Logo du réseau d'achats hospitaliers UniHA

Nouveau Président pour UniHA , premier acheteur public français

Le logo d'UniHA intègre ses 15 filières d'achat spécialisées et décentralisées

Le logo d’UniHA intègre ses 15 filières d’achat spécialisées et décentralisées

Philippe Jahan a été élu Président d’UniHA ce 26 mars, à l’issue d’une Assemblée Générale qui a  entériné la stratégie de développement du groupement. UniHA (prononcez « Uni-Achat ») est un réseau coopératif d’achats groupés, associant une soixantaine d’établissements hospitaliers publics français dont les 32 CHU. Philippe Jahan était déjà Vice-président d’UniHA depuis 2011. Son parcours professionnel l’a conduit à des fonctions de direction au sein de différents Centres Hospitaliers et CHU (Metz, Nancy, Noyon, Tourcoing, Valenciennes). A la présidence d’UniHA, il succède à Jean-Olivier Arnaud, DG du CHRU de Lille.

UniHA a pour vocation d’optimiser les achats de ses membres, contribuant ainsi à offrir aux patients les meilleurs traitements disponibles, à décliner un service hospitalier de haute qualité et à préserver un égal accès aux soins. UniHA est devenu le premier acheteur public français, achetant en 2014 pour 2,434 milliards d’euros et générant 84,33 millions d’euros de gains sur achats, c’est-à-dire d’économies. Depuis dix ans, le montant cumulé des gains sur achats dépasse 900 M€ et chaque jour, UniHA produit 230 000 euros de gains sur achat.

La fonction achat est maintenant reconnue dans le monde hospitalier. Elle ne se résume plus à acheter en respectant le Code des Marchés Publics, mais bien à définir une stratégie achat pour une meilleure performance économique. UniHA conduit de plus en plus d’actions transverses, qui prennent progressivement le relais des gains obtenus sur la massification. Il soutient et formalise les obser­vatoires et les clubs utilisateurs qui permettent de construire le meilleur usage.

Quelques exemples de bonnes pratiques d’achats :

  • UniHA travaille à la construction de projets innovants associant achat et bon usage, comme avec l’arrivée des médicaments biosimilaires d’anticorps monoclonaux, ce qui obligera le renforcement des liens avec les professionnels de santé. Les coordonnateurs devront expliquer les nouveaux paradigmes, à la fois techniques et économiques, différents de ceux des médicaments génériques. Le CHU de Bordeaux portera en 2015 une procédure majeure avec des biosimilaires curatifs. L’accent portera sur l’accompagnement des prescripteurs, pharmaciens hospitaliers et directions.
  • Le réseau travaille dans le même esprit sur le prochain marché de dispositifs médicaux implan­tables en cardiologie, dont la publication est attendue début 2016.
  • L’accord-cadre pour la désignation des commissaires aux comptes démontre la ca­pacité d’UniHA à anticiper et à accompagner les équipes hospitalières qui doivent mettre en œuvre cette nouveauté depuis 2014.
  • Le marché groupé de fourniture d’électricité, associé à des prestations de services énergétiques, réunit 250 établissements et totalise un volume de consommation supérieur à plus de 3 TWh/an, équivalent à celui d’une métropole de 1,5 million d’habitants.

Dossier de presse UniHA 2015