Innovation

Onlylight, Lyon eurexpo, 19 et 20 juin 2019, salon de la lumière et de l'éclairage

Onlylight : quelle lumière pour éclairer nos cadres de vie

Les professionnels français de la lumière organisent la deuxième édition du salon Onlylight, salon des usages de la lumière, à Lyon-Eurexpo les 19 et 20 juin 2019.

Il y a deux ans, le lancement d’Onlylight avait mobilisé les représentants des différentes professions « jouant » avec la lumière. Cet événement réussi a rappelé qu’une bonne lumière, c’est-à-dire un bon éclairage, qu’il soit naturel ou artificiel, améliore nos cadres de vie. On le vérifie chez soi, au travail, en ville. C’est important aussi pour favoriser la transition énergétique, les économies d’énergie et même la biodiversité car les éclairages nocturnes intempestifs déboussolent les animaux, particulièrement les oiseaux.

La deuxième édition d’Onlylight propose un contenu très riche qui place les témoignages des maîtres d’ouvrage et des prescripteurs au centre des attentions, avec des conférences de haut niveau, de retours d’expériences, des démonstrations, des débats et rencontres. Le secteur ne cesse d’innover. Les chercheurs répondent aussi aux préoccupations portant sur les effets de la lumière sur notre santé.

Dans les prochains jours, je vais produire différents communiqués en fonction des thématiques déployées, principalement celles-ci : éclairage urbain, éclairage au travail, éclairage des activités de soins, problématiques de santé… Dès maintenant, je vous propose de télécharger ici le dossier de presse du Salon Onlylight 2019. Vous y trouverez le programme des conférences.

Dans le cartable connecté, je classe mes souvenirs et quelques espoirs

Tout à l’heure, à 17 heures, au stand UniHA sur le salon Paris Healthcare Week, vient d’avoir lieu un tirage au sort qui a permis à deux groupements hospitaliers de territoires (GHT) de remporter chacun un cartable connecté, pour leurs petits patients hospitalisés. Ce concours imaginé en partenariat avec la société Computacenter est proposé aux GHT adhérents d’UniHA. Un tirage a lieu tous les jours pendant toute la durée du salon.

Un cartable connecté donne la possibilité à l’enfant hospitalisé de continuer à suivre ses cours, de maintenir le lien si précieux avec toute sa classe. C’est un élément décisif pour éviter la rupture de la sociabilité de l’enfant et un pas vers la guérison.

Ce « cartable connecté » m’a renvoyé à mes propres souvenirs. J’ai repensé à ce copain de sixième-cinquième qui avait dû s’absenter plusieurs mois pour soigner une tuberculose. Il avait quitté le collège brutalement. Nous ne recevions que de rares nouvelles, parfois une lettre lue solennellement à l’ouverture de la classe par un enfant volontaire. Autant dire que nous étions nombreux à nous porter volontaires ! Un jour l’enfant est revenu. On lui fit une belle fête. Et en même temps, il avait imperceptiblement changé, nous aussi sans doute. Pas de « rupture de la sociabilité », comme on dit en langage savant, mais un espace de distance, indéfinissable, qui s’était installé entre lui et nous. Je ne me souviens pas de ce qu’il est ensuite devenu. Pas mal d’années sont passées et il y a toujours des enfants malades. Mais on peut aujourd’hui faire autrement que les éloigner de leurs amis, de leurs enseignants, de leur vie active de gamins et gamines connectés les uns aux autres.

Dans les allées de Paris Healthcare Week…

En déambulant dans les allées de ce grand salon consacré aux acteurs de l’Hôpital, on voit de plus en plus d’écrans dans les stands. Ces écrans montrent les innovations qui transforment l’offre et l’organisation des soins. Vu du dehors, c’est un peu froid. On entend quelques critiques aussi, comme ce conférencier inconnu dont je happe au vol l’irrésistible maxime désabusée : « on parle d’intelligence artificielle, mais le seul terme qui soit vrai dans cette expression, c’est artificielle ».

Dans l’offre d’une coopérative d’achats telle qu’UniHA, on trouve bien des contre-exemples. Sur son stand, UniHA invite à découvrir les dispositifs médicaux qui révolutionnent le « healthcare ». Exosquelettes, robots chirurgicaux… Ou encore cette caméra capable de contrôler les préparations de chimiothérapie. Contrairement au contrôle effectué par un humain, le système permet d’éviter les erreurs médicamenteuses de préparation grâce à l’analyse d’images. Il garantit la totale fiabilité du contrôle.

D’autres appareils servent à repérer non pas les erreurs, mais les arnaques. Je veux parler ici des dispositifs de sérialisation des médicaments, une douchette qui scannérise une boîte de médicaments et en garantit l’authenticité en décryptant le code qui la relie à un répertoire national.

Toutes ces avancées apportent de vrais services. Dans l’offre UniHA comme dans les allées de Paris Healthcare Week, il y a quand-même beaucoup de raisons de continuer à penser que l’intelligence précède l’artificialité et lui donne sens.

Véhicule électrique : symposium mondial à Lyon du 19 au 22 mai avec CARA

Après Kobe au Japon, en 2018, Lyon accueille cette année le symposium mondial EVS sur l’électromobilité, du 19 au 22 mai.
« La France étant l’un des pays leader du véhicule électrique au niveau mondial, elle est donc parfaitement légitime pour accueillir EVS 32. L’événement sera une étape importante dans la promotion du véhicule électrique au niveau mondial. Il permettra de mettre en valeur l’excellence de la filière française » s’est félicité Joseph Beretta, président d’AVERE-France, association nationale pour le développement de la mobilité électrique.

L’association CARA European Cluster for Mobility Solutions, sera particulièrement impliquée sur ce salon organisé par GL Events. Elle sera sur le stand F25, accompagnée de certaines de ses entreprises membres : Alphée Ercteel, Carpenter, Gulplug, Oros et Plastic Omnium, Le projet EMCC, Saint Jean Industrie, Tresse Industrie, Tresse Métallisque J.Forissier

Sa présence au sein de la « EDF Cluster Zone », dont CARA est partenaire, vaut également d’être signalée. Cet espace regroupera des clusters et pôles de compétitivité français et européens, accompagnés d’entreprises, de centres de recherche et de centres de formation. CARA a coordonné le programme de l’agora qui, au sein de la cluster zone, proposera une vingtaine de conférences.

EVS 32, réelle opportunité pour promouvoir le Campus Automotive et Électromobilité

Ce symposium permet aussi à CARA de faire le point sur deux projets liés à l’électromobilité : le Campus Automotive et Électromobilité ainsi que la Plateforme Pédagogique Partagée de l’Électromobilité (3PE). Ces projets mobilisent le cluster pour préparer les compétences dont les entreprises auront besoin demain.

Les Campus des Métiers et des Qualifications ont été créés en 2013 par la loi de refondation de l’École pour valoriser l’enseignement professionnel et favoriser l’insertion professionnelle des jeunes. Ils sont construits autour d’un pôle de compétences clés au niveau régional et sont soutenus par les collectivités territoriales et les entreprises. Leur but est de mettre en réseau les différents établissements de formation et les acteurs économiques, et de leur proposer des outils communs, comme par exemple ici la plateforme 3PE. Premier outil mis à la disposition du Campus, inaugurée en mars au Lycée Aragon Picasso de Givors (Métropole de Lyon), cette plateforme technique est un lieu d’expérimentation et d’innovation au service de la pédagogie, de la promotion et de la valorisation des métiers et des formations.

A propos de CARA

CARA European Cluster for mobility solutions rassemble plus de 200 industriels, opérateurs de transports, centres de recherche et de formation. CARA est labellisé Cluster de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Pôle de Compétitivité. L’association est membre associée et représentante de la PFA Filière Automobile et Mobilités.

Référence en Europe, CARA poursuit deux grands objectifs complémentaires :

De l’idée jusqu’au marché, CARA met en œuvre des actions collectives : projets de recherche et innovation, démonstrateurs en situation réelle, actions pour le développement économique et industriel de ses membres.

www.cara.eu

Intelligible, Lyon : Relations médias pour CARA

Un Campus des métiers branché sur l’électromobilité avec CARA

Porté par CARA – European Cluster for Mobility Solutions et le Rectorat de Lyon, le Campus Automotive & Electromobilité préparera les professionnels dont les entreprises ont besoin pour concevoir, maintenir et exploiter le véhicule de demain, automobile et poids lourds.

Le Campus Automotive & Electromobilité préparera les professionnels dont les entreprises ont besoin pour concevoir, maintenir et exploiter le véhicule de demain, automobile et poids lourds.
Le Campus Automotive & Electromobilité préparera les professionnels dont les entreprises ont besoin pour concevoir, maintenir et exploiter le véhicule de demain, automobile et poids lourds.

La Plateforme 3PE, premier outil mis à la disposition de ce Campus, a été inaugurée cette semaine au Lycée Aragon Picasso de Givors (Métropole de Lyon). Cette plateforme technique est un lieu d’expérimentation et d’innovation au service de la pédagogie, de la promotion et de la valorisation des métiers et des formations.

Le Lycée Aragon Picasso lui a alloué un espace de 415 m2, composé d’espaces de cours et d’un atelier équipé de moyens pédagogiques et de tests.  Divers véhicules issus de concepts nouveaux seront disponibles pour travailler sur les dernières technologies. 3PE peut s’appuyer sur les compétences, les équipements de la plateforme technologique ID Pro (Lycée Aragon Picasso), de la plateforme de l’innovation (INSA) et de la ville-laboratoire Transpolis.

Le réseau qui constitue le Campus est composé d’entreprises, d’acteurs de la formation initiale et continue et de centres de recherche. Il bénéficie du soutien de l’Etat (financement à hauteur de 50 % au travers du programme d’Investissement d’Avenir), de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et d’entreprises.

Les Campus des Métiers et des Qualifications ont été créés en 2013 par la loi de refondation de l’École pour valoriser l’enseignement professionnel et favoriser l’insertion professionnelle des jeunes. Ils sont construits autour d’un pôle de compétences clés au niveau régional et sont soutenus par les collectivités territoriales et les entreprises. Leur but est de mettre en réseau les différents établissements de formation et les acteurs économiques, et de leur proposer des outils communs, comme par exemple cette plateforme 3PE.

Trois lycéens du LPO Aragon Picasso de Givors en conversation avec une journaliste du Progrès

A propos de CARA

CARA European Cluster for mobility solutions rassemble plus de 200 industriels, opérateurs de transports, centres de recherche et de formation. CARA est labellisé Cluster de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Pôle de Compétitivité.

Nouvelle labellisation des pôles de compétitivité : l’exemple CARA

Articles similaires : LUTB-RAAC, pôle et cluster, devient aujourd’hui CARA ! Un Campus des métiers branché sur l’électromobilité avec CARA Pôle de compétitivité et cluster, LUTB-RAAC de plus en plus mobile Fort développement pour CARA, l’ex pôle LUTB, cette année

Lumière, Lyon, France, Cluster Lumière

10 sur 10 pour le Cluster Lumière

Articles similaires : Cluster Lumière : manifestement Douai pour l’éclairage urbain Cluster Lumière : mieux éclairées, des villes plus smart ! Un prix Nobel de physique à Lyon avec le Cluster Lumière Philippe Badaroux président du Cluster Lumière

L’humain au cœur de l’organisation des entreprises : découvrez ELENCE

Articles similaires : Chambéry-Grand Lac – Cœur des Alpes au SIMI 2017 : 140 hectares de foncier à vocation économique ! Le développement des PME-ETI innovantes à l’international, priorité partagée par l’Etat et les entreprises LUTB-RAAC, pôle et cluster, devient aujourd’hui CARA ! Hôpital et entreprises : les connexions de mars 2017 !

CARA présente ses 4e Automotive Techdays in Auvergne-Rhône-Alpes

Articles similaires : LUTB-RAAC, pôle et cluster, devient aujourd’hui CARA ! Automotive Techdays, vitrine de l’innovation technologique à Lyon le 4 novembre Fongecif Rhône-Alpes : le Conseil en évolution professionnelle Chambéry Grand Lac présenté hier à la presse

Une publication dans Radiology pour la société lyonnaise de téléradiologie Imadis

La société de téléradiologie Imadis, spécialisée dans la radiologie d’urgence à distance, publie dans la revue internationale Radiology une étude sur la double lecture systématique des scanners corps entiers des patients victimes d’accidents graves.

A l’intention de tous ceux à qui la pratique médicale ne serait pas familière, le Dr Vivien Thomson, président d’Imadis, résume ainsi cette étude : « Deux radiologues pour les patients les plus graves, c’est mieux qu’un seul ! »

Il faut savoir qu’Imadis, dont le centre de garde  interprète la nuit et les week-ends des scanners et IRM d’urgence au service de près de 40 hôpitaux, applique au quotidien une procédure qualité novatrice et très exigeante de double lecture des scanners corps entier de patients polytraumatisés. Dans les locaux d’Imadis,  à Lyon, une équipe de 5 radiologues assure cette garde sur un plateau de téléradiologie à l’ergonomie optimisée. Dans la suite de tout examen scanner corps entier de patient polytraumatisé, interprété en direct par un premier radiologue, une relecture est effectuée par un deuxième radiologue. Un compte-rendu écrit de cette relecture est systématiquement réalisé et communiqué au service hospitalier. Cette relecture systématique des scanners corps entier (utilisés dans le bilan des traumatisés graves – accidents de la route, sports extrêmes à haute vélocité…) augmente le niveau de pertinence et de sécurité de la prise en charge de patients traumatisés graves. Cette procédure qualité est donc aujourd’hui à la source de l’étude diagnostique rétrospective publiée le 7 août 2018 dans Radiology[1], revue médicale et scientifique de référence mondiale.

L’étude porte sur 2 354 bodyscanners, issus de la base de données Imadis. Elle permet de confirmer l’intérêt médical d’une double lecture des scanners de patients polytraumatisés, mais aussi de définir les facteurs prédictifs de lésions manquées chez ces patients.

Pour réaliser cette étude, les radiologues lyonnais de l’équipe Imadis ont été aidés de médecins urgentistes du centre hospitalier Saint Joseph Saint Luc à Lyon ainsi que par l’équipe radiologique universitaire du CHU de Lapeyronie à Montpellier. L’étude a fait l’objet d’une thèse de médecine soutenue par le Dr Nathan Banaste sous la direction du Pr Ingrid Millet, radiologue du CHU de Montpellier intitulée : « Evaluation des facteurs prédictifs de lésions manquées à la seconde lecture d’un scanner corps entier chez le polytraumatisé » (thèse soutenue à l’université CB Lyon 1 le 15 mars 2018).

Cette publication témoigne de la volonté des jeunes médecins du département scientifique d’Imadis de valider scientifiquement toutes les pratiques médicales novatrices en place au sein de leur structure.

Les auteurs

Nathan Banaste, MD a,b ; Berenice Caurier, MD b,c ; Flavie Bratan, MD d ; Jean-François Bergerot, MD d ; Vivien Thomson, MD d ; Ingrid Millet, MD, PhD e.

  • a Department of Radiology, Centre Hospitalier Universitaire/Centre Léon Bérard Lyon,
  • France
  • b Lyon 1 University, 43 Boulevard du 11 Novembre 1918, 69100 Villeurbanne, France
  • c Department of Emergency Medicine, Centre hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc, 20 Quai
  • Claude Bernard, 69007 Lyon, France
  • d Imadis Teleradiology, 48 Rue Quivogne, 69002 Lyon, France
  • e Department of Radiology, CHU Montpellier, Univ. Montpellier, Montpellier, France

Références 

A propos d’Imadis

Imadis est une société médicale de téléradiologie assurant, dans des centres de garde dédiés, l’interprétation à distance d’examens d’imagerie d’urgence lors des périodes de permanence des soins, comme les scanners et IRM. Ce projet a été conçu et mis en œuvre à Lyon en 2008 par un groupe de jeunes médecins radiologues diplômés de la Faculté de Médecine de Lyon. Imadis interprète aujourd’hui les examens de près de 40 centres hospitaliers partenaires.

Succès de la Seabin et projet de centrale solaire flottante sur un lac suisse : Poralu Marine toujours plus éco-innovant

Articles similaires : Seabin, Poralu Marine et La Grande Motte partenaires La Seabin rapporte un Design Award du Metstrade à Poralu Marine Poralu Marine, cette PME qui marche sur les eaux Poralu Marine : une nouvelle newsletter pleine de ressources pour la petite planète bleue