Le gaz naturel pour véhicules testé par des camions sur la route : premiers résultats positifs

Equilibre : le gaz naturel pour véhicules testé par des camions sur la route

Le projet Equilibre teste le gaz naturel pour véhicules, par des camions, sur la route, pendant un an, versus le gazole.

Le projet Equilibre est une expérimentation grandeur nature, menée à l’initiative de transporteurs routiers en Rhône-Alpes sur le gaz naturel pour véhicules (GNV). Cette expérience consiste à mesurer la consommation et les émissions de CO2 et de NOx émises par 15 camions. Dix roulent au gaz naturel et 5 au gazole. Depuis le mois de mars, ils sont utilisés en conditions réelles. Globalement, l’expérience vise à évaluer la pertinence de la filière gaz pour le transport routier de marchandises.

En amont, une première étude a été réalisée sur la base de 4 véhicules GNV, afin de faire le bilan des émissions d’hydrocarbures imbrûlés (HC), c’est-à-dire de composants résiduels polluants émis lors de la combustion. Les résultats montrent que le taux de rejet d’HC est en permanence de 50 % inférieur aux limites fixées par la norme Euro VI. C’est un premier résultat positif pour le GNV.

L’enjeu était important car la norme Euro VI, en vigueur depuis 2014, encadre les rejets d’HC. Si les véhicules diesel n’en émettent quasiment aucun, ils sont en revanche mentionnés parmi les rejets du GNV, donc un « mauvais point » pour ce dernier. Ces rejets sont en effet de puissants gaz à effet de serre. Ils sont notamment 25 fois plus impactants que le CO2. Une étude rigoureuse sur la question des hydrocarbures imbrûlées était nécessaire afin de mesurer l’importance réelle de ces rejets.

Quatre véhicules ont alors été testés par le Centre de Recherche en Machines Thermiques (CRMT), en sortie d’échappement, lors de la phase d’instrumentation des camions. Ils étaient chargés à 70 % de la charge utile maximale et ont effectué un parcours qui sollicitait toute la plage du régime moteur. Ce parcours comportait une partie autoroutière, dont un segment encombré, et une route avec une forte côte à 8 %.

Comme le montre le graphique (fig 1.), quel que soit le type de parcours et de véhicule, les mesures d’HC totaux sont proches ou inférieures à 0,2 g/kWh d’émission, soit moins de 50 % du seuil imposé par la norme Euro VI, limite la plus contraignante pour les véhicules GNV. Ces chiffres se rapportent à la masse de polluant émise dans l’atmosphère. Ils sont exprimés en g/kWh, qui exprime la masse moyenne émise en grammes par véhicule par unité d’énergie dépensée (soit 0,2 grammes de carburant par kilowatt de puissance et par heure).

Fig. 1 : graphique – Photo : Exemple d’instrumentation avec un équipement de mesure PEMS

Pour en savoir plus : Télécharger ici le Rapport d’étude (7 pages).

Mieux connaître le projet Equilibre

Depuis le 1er mars 2016 et pendant un an, des véhicules roulant au GNV (gaz naturel pour véhicules), utilisés en conditions réelles, sont monitorés afin d’évaluer leurs coûts d’exploitation selon différents usages et leur impact environnemental. La démarche est collaborative et transversale. L’idée émane de quatre PME de transport routier de marchandises de la région Auvergne-Rhône-Alpes (Magnin, Megevand, Prabel et Sotradel), rejointes par trois grands groupes (ENGIE, Jacky Perrenot et Transalliance) puis soutenues par l’État (ADEME, DREAL) et GRDF. Le pôle LUTB Transport & Mobility Systems, qui coordonne le suivi de l’expérimentation, a labellisé le projet Equilibre en 2014.

Dossier de presse « Projet Equilibre » à télécharger ici.