Innover sans investir à l’hôpital : UniHA signe un contrat de service avec Samsung pour les échographes

Performance, fiabilité et souplesse d’utilisation rendent la technique de l’échographie de plus en plus présente à l’hôpital. Partant des services centraux d’imagerie (radiologie, cardiologie, gynéco-obstétrique), son essor touche toutes les disciplines. Le parc d’échographes dans les hôpitaux publics compte en moyenne 48 machines pour 1000 lits MCO (Médecine Chirurgie Obstétrique), avec un taux de renouvellement de 7, 8 ans. Problème : comment faire pour couvrir les nouveaux besoins, par exemple développer les parcs dans les disciplines où de nouvelles indications échographiques ? Et d’abord, comment maintenir à niveau les parcs existants et la qualité des soins ?

Face à ces attentes, le groupement UniHA vient de retenir la solution proposée par Samsung Electronics France, proposant un contrat de service dont le seul coût comprend la mise à disposition de dispositifs médicaux Samsung, de l’audit organisationnel au service après-vente, en passant l’installation et le maintien du parc, et par la formation des équipes.

C’est un nouveau modèle de financement des investissements. Au CHU de Rennes,qui a piloté cet achat pour le compte d’UniHA, Hubert Serpolay, directeur de l’Ingénierie biomédicale, explique : « Dans un contexte de fortes tensions budgétaires, l’offre repose avant tout sur la mise à niveau technologique d’équipements vétustes, que les établissements ne pourraient pas remplacer sans cette solution, ainsi que sur une prestation globale de qualité. »

Bruno Carrière, Directeur général d’UniHA, complète ce propos : « Dans les prochains mois, d’autres applications seront proposées aux établissements de santé. Ces opportunités arrivent au moment où les établissements hospitaliers doivent s’engager dans les Groupements Hospitaliers de Territoire, qui s’appuient sur des organisations médicales et soignantes partagées. La possibilité est maintenant offerte aux équipes hospitalières de rapprocher leurs politiques d’équipements pour offrir aux personnels médicaux et soignants des environnements de travail constants et de dernière génération quel que soient leurs lieux d’intervention. Cette démarche doit in fine améliorer les conditions de travail des professionnels de santé. Elle apporte également des garanties aux patients pour que les diagnostics s’opèrent partout dans le groupement par des équipements de dernière génération. »

Véronique Anatole-Touzet, Directrice générale du CHU de Rennes, évalue « le gain obtenu, par rapport à une solution classique investissement/maintenance, de l’ordre de 25 %. Au CHU de Rennes, nous sommes concernés pour une trentaine d’appareils. Mais, outre l’aspect économique, cet appel d’offre permet aux établissements qui le souhaitent de disposer de technologies très performantes et d’optimiser leur parc par le biais de l’audit prévu au cahier des charges. Il faut également souligner l’implication des utilisateurs médicaux, des experts paramédicaux et techniques qui ont testé et classé les équipements proposés par les différents candidats ».

Divers solutions et options peuvent être intégrées à ce contrat de services tels que l’accès à des modules de formation e-learning, des sessions de « serious game » pour les internes ou encore un service de géolocalisation pour savoir où se trouve le matériel mobile au sein de l’établissement, note-t-on chez Samsung. Ne nécessitant aucun investissement initial pour l’établissement hospitalier, le contrat est conclu pour une durée d’engagement de 5 ans pour les échographes et de 7 ans pour les équipements de radiologie.

Téléchargez le communiqué de presse : UniHA_CHU-Rennes_Samsung