Gaz et électricité : pourquoi UniHA mérite d’être comparé à Zorro

Logo du réseau d'achats hospitaliers UniHA

UniHA, réseau coopératif d’achats groupés de 61 établissements hospitaliers publics français, dont 32 CHU-CHR et 29 centres hospitaliers. A pour vocation d’optimiser les achats de ces établissements, contribuant ainsi à décliner un service hospitalier de haute qualité et à préserver un égal accès aux soins. En 2014 : 2,434 milliards d’euros d’achats, générant 84,33 millions d’euros de gains.

Sur Energie 2007, UniHA, c’est Zorro ! Mais pourquoi comparer le réseau coopératif d’achats groupés des 61 plus grands établissements hospitaliers publics français, autrement dit le premier acheteur public français, à l’élégant justicier masqué californien ? Parce que la filière Energie d’UniHA, constatant que de nombreux établissements publics de santé (EPS) n’ont pas encore de solutions dans la perspective de la fin prochaine des tarifs réglementés de gaz et d’électricité, vient de faire savoir que ses groupements de commandes sont encore ouverts et peuvent accueillir de nouveaux membres bénéficiaires, et cela dans un délai très court.

Il y a en effet péril en la demeure. Le grand mouvement d’ouverture des marchés d’énergie entamé au début des années 2000 connait son aboutissement le 31 décembre prochain avec la disparition de l’ensemble des tarifs réglementés de vente (TRV) de gaz et de l’électricité dont bénéficient les Etablissements Publics de Santé (EPS). Elle impose à ceux-ci une mise en concurrence des fournisseurs d’énergie et la notification de leurs marchés d’ici à cette date.

S’ils ne respectent pas cette obligation légale, les établissements s’exposent à quelques inconvénients majeurs. D’abord, subir une hausse brutale des dépenses d’énergie en cas de marchés infructueux ou de bascule en « offre transitoire » (soit 20% de plus que les tarifs réglementés de vente, qui sont eux-mêmes 15% plus chers que le marché). Puis voir les comptables publics refuser d’acquitter les factures d’énergie faute de disposer d’un marché public en bonne et due forme.

Souhaitant anticiper cette évolution, le ministère de la Santé a demandé dès 2014 à UniHA d’ouvrir largement ses groupements de commandes de gaz et d’électricité à l’ensemble des Etablissements Publics de Santé, quelle que soit leur taille.

Aujourd’hui, plus de 300 établissements participent déjà aux groupements de commandes de gaz et d’électricité d’UniHA, ce qui les fait bénéficier de baisses de prix significatives, à hauteur de plus de 25 M€ de gains sur achats.

L’information diffusée cet après-midi a aussitôt fait l’objet d’articles dans les toujours très réactives agences APM et Hospimedia. Merci à elles !